Procès des NO BORDER Calais

Nous appelons au rassemblement de soutien le 12 juillet à 8h30 au tribunal de Boulogne/mer pour les NO BORDER Calais.

Un covoiturage est organisé depuis Lille, rendez-vous à 6h30 au métro porte d’Arras.

Trois activistes comparaissent pour présence sans autorisation sur un lieu privé (le squat africain); violence en réunion contre deux policiers et pour deux des militants : refus de donner ses empreintes.

Plus d’infos:

22 Avril 2011

Hier matin, (jeudi 21 avril à 9h), lors d’une rafle brutale de la police à l’African house ( rue Descartes) trois activistes No Border qui filmaient et observaient ont été arretés violemment et sont poursuivis devant le tribunal. Plus de 20 réfugiés principalement soudanais qui vivaient dans le squat ont été arretés. La police a maltraité physiquement les activistes. Elle a détruit l’une de leurs caméras et effacé les vidéos sur la seconde.

« Cela ressemblait avant tout à une revanche suite à la publication des vidéos de No Border sur les sites rue 89 et les inrockcuptibles qui dénonçaient les harcèlements policiers à Calais », dit Martin, un Noborder activiste.

Trois activistes ont été arrêtés. Deux d’entre eux qui filmaient le raid ont été violemment attrapés et jetés au sol par la PAF et les CRS. Ils ont passé neuf heures en garde à vue et ils ont plusieurs charges à leur encontre : occupation illégale, résistance avec violence en réunion… le procés aura lieu le 12 juillet à Boulogne sur mer.

« Une nouvelle fois, ce procés n’est qu’une stratégie de manipulation , pour détruire l’image de No Border dans l’opinion publique et pour essayer de nous faire peur, de nous décourager à continuer de filmer et témoigner de la réalité calaisienne et de son systéme répressif. Mais nous n’avons pas peur, nous sommes prêts à aller au tribunal pour saisir l’opportunité de gagner ce nouveau procés politique » déclare Marine une activiste.

Il y a deux semaines No Border a publié plusieurs videos qui montrent la violence, les harcèlements sexuels, les insultes, les destructions des caméras. Dans une vidéo qui a été largement visionnée on voit des officiers de la PAF qui arrivent à l’African house au petit matin et réveillent les migrants avec « le dimanche à Bamako ».

« Les films publiés ne sont que la partie émergée de l’iceberg des harcèlements quotidiens de la police à Calais. Cette violence est systématique et fait partie d’une stratégie globale contre les migrants dans cette ville » dit Martin. « En dehors des vidéos nous avons nombre d’autres documents qui sont prêts à être publiés ou utilisés comme preuves dans une action juridique contre la police. Nous ne laisserons pas intimider par ces violentes réactions des autorités, cela vient juste conforter nos convictions. A Calais la répression fait loi. »


One response to “Procès des NO BORDER Calais

  • LT NoBorder Calais

    Communiqué de presse d’après procès!

    La paf va devoir peaufiner ses faux témoignages

    Le 12 juillet 2011, trois de nos camarades comparaissaient pour des faits grotesques d’occupation illégale, rébellion en réunion et refus de prise d’empreintes.

    Courant Avril, alors qu’ils étaient en pleine activité pacifiste de Cop-Watching, nos trois amis avaient été arrêtés dans le principale squat de sans papiers et demandeurs d’asile du Calaisis. Ce raid policier intervenant quelques jours après la publication sur les sites de rue89 et des inrocks de vidéos présentant ces même agents de la PAF agir de manière peu déontologique. Ceux-ci n’ont pas caché leur volonté de se faire justice eux même : immobilisation violente, coups et noms d’oiseaux volèrent une fois de plus ce jour la !

    Le système judiciaire français étant adapté pour protéger et légaliser au maximum les violences d’état, se défendre face à des déclarations mensongères de policiers assermentés n’est pas chose facile.

    Convoqué à 8h30, il fallut cependant attendre jusqu’à 13h pour entendre le président énoncer les faits reprochés et donner la version des nombreux policiers ayant soumis de faux témoignages pour l’occasion. Ni les parties civiles (Fréderique Gourdin et Gael Bertaux), ni les 4 témoins policiers trouvés pour l’occasion n’ont pensé opportun de venir s’expliquer de vive voix devant la cour ! Avaient-ils peur de se retrouver face aux prévenus sans pouvoir utiliser les tonfa ou les lacrymogènes, ou bien peur de voir démonter leurs versions des faits en direct par notre avocate ? Après avoir écouté les réquisitions du procureur qui pour la globalité des faits demandait 3 mois de sursis pour chacun, maître Marie Hélène Calonne a su relever les nombreuses incohérences des déclarations des policiers, mettre en avant la légitimité de l’action pacifique des activistes, véritables grains de sables dans le système répressif, et lier ce procès à la diffusion des vidéos et à la saisine du défenseur des droits de l’Homme sur les violences policières à Calais.

    Le délibéré tomba à 16h en présence de la trentaine de militants restés toute la journée pour soutenir nos camarades. Les trois sont relaxés pour les faits de violences et d’occupation illégale et sont reconnus coupables mais sans peine pour le refus de prise d’empreintes. Le jugement pour les dernières charges ajoutées à la hâte contre deux des trois prévenus lors de l’action contre le CRA de Coquelle quelques jours auparavant (refus de se soumettre à un contrôle d’identité) est reporté au 8 septembre a 13h30.

    Ce résultat est évidemment une victoire pour notre mouvement et achève une série de comparutions ridicules. Pour rappel, le 23 juin une militante a été relaxée pour des faits similaires de violence contre agent de la PAF, ce même jour trois de nos amis demandeurs d’asiles soudanais ont eu aussi été relaxés pour des accusations d’occupations illégales et le 29 juin une autre militante a été condamnée à 500€ d’amende ( +1€ symbolique pour l’honneur du policier) pour outrage.
    Prochain rendez-vous au TGI de Boulogne, jeudi 8 septembre à 13h30 !

    Ni la répression,ni les intimidations ne feront plier notre détermination. Nous continuerons à surveiller et dénoncer les méthodes ultra-répressives de la police envers les exilés et à lutter pour la liberté de circulation et d’installation, la fermeture des centres de rétention et la fin des expulsions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s